Recension d un film « Hunger Games »

Ce n’est pas un secret, que les producteurs du film ont décidé d’avoir le profit facile, comparable à ce profit qui a été fait par les créateurs de film « Twilight, chapitre 1 : Fascination ». Le film a été produit à la base de roman de Suzanne Collins, qui batte les records de popularité aux Etats-Unis. J’admets que j’ai jamais lu et probablement je ne vais jamais lire ce livre, car le film de Gary Ross ne m’ai du tout convaincu de faire cela. Mais, peut-être il faudrait le faire, car le roman est certainement beaucoup mieux que son adaptation cinématographique.

Peut-être, la manque de mon enthousiasme est la faute du fait, que l’âge d’un adolescent est déjà derrière moi. Mais peut-être c’est la faute du fait, que le film – même s’il est destiné aux spectateurs moins âgés essentiellement – il nous servit l’histoire évidente, prévisible dès la première vue, qui ne nous fait penser et réfléchir à rien. Mais le fait est que, il vaut la peine de noter est la création du pays post-apocalyptique, divisé en capitale et les districts, et les règles qui y règnent, l’exposition de l\'écart économique dans ce pays et la déchéance de l’homme, qui cherche son amusement dans le reality show sanglant et dans la mort observée de très proche. Pourtant, c’est toujours l’œuvre de Suzanne Collins. L’autre question est de le mettre sur l’écran. Présentation du tournoi et l’exposition du champion dès le début, s’oppose à la construction de tension. Pourquoi faut-il regarder tout le film, si on connait bien sa fin depuis les premières minutes. Le combat juste et propre du personnage principal, qui batte pour sa survie et elle le fait avec le maintien de toutes les normes éthiques est trop naïf même pour les adolescents, c’est même l’image pathétique de la survie dans la réalité totalitaire. De plus, les motivations des personnages qui sont définies trop clairement et superficiellement causent, qu’il est difficile de parler d’une réflexion profonde sur les problèmes visés par les personnages. Dommage, car le directeur du film avait le large champs pour se présenter, le monde violent et hostile est un contexte du potentiel élevé, mais qui n’a pas été utilisé malheureusement.

Les bons cotés du film ? Il y est quelque chose qui a attiré mon attention. Les créateurs ont réussi d’y mettre tout ce qui est la pâture pour la télévision. Du coté de production de show en télévision, l’ensemble est présenté parfaitement, les conventions et les règles brutales de jeu sont bien exposées. Stanley Tucci, comme un animateur du programme est aussi formidable. Mais il y en n’a pas assez. Le film gagnerait en valeur, si les créateurs ont pris les autres proportions. Cependant, la balance a fait pencher vers le côté des fables les plus faibles – de l’amour et de l’aventure. 

A la fin, cela n’a pas quand même important. Les producteurs ont réussi de réaliser leur objectif. Juste après le premier week-end, on savait bien, que le film a déjà gagné 155 millions de dollars. Peut-être, au cours de travail sur la deuxième partie, le réalisateur va tirer des conclusions et il va se concentrer sur les aspects plus intéressants. Mais il existe le risque, que dans ce cas-la, le film perdrait une grande partie des spectateurs.