Recension d un film « My Week with Marilyn »

D’accepter la proposition de jouer Marilyn Monroe est un grand courage. Car tout le monde se pose les questions : si elle le face, si elle supporte ce poids et si elle ne vas pas céder à la pression ? Michelle Williams l’a réussi, de plus elle a créé un personnage multidimensionnel, compliqué et fascinant. Ça fait intéressant, si divine MM, serait contente de lui…

Marilyn Monroe ne pouvait pas toujours tirer la satisfaction de ses rôles. « My Week with Marilyn » nous montre les coulisses de la production d’un des films avec la participation d’une étoile de tous le temps. Quand les autres ont dissolu dans l’extase, l’actrice avait toujours les doutes. Il est très difficile de comprendre, comment une femme de confiance si basse en elle-même et en ses compétences, peut charmer sur l’écran et se perdre dans le monde diffèrent. Peut-être, elle a eu besoin d’un repos du monde, qui a été sa réalité.My Week with Marilyn

Le directeur de ce film nous a ouvert les portes pour le monde magique, apparemment, de l’étoile qui a déjà été une icone pendant sa vie. Il a montré, que parmi l’apparence, sa vie n’était jamais idéal. On a l’année 1956, l’actrice est bienvenue à Londres dans les lumières des flashes, où elle est supposée de jouer dans le film « Le Prince et la Danseuse ». De sa côté, il y a son nouveau marié Arthur Miller, un dramaturge qui monte sur les hauteurs de célébrité. Il semble, qu’elle a la vie idéale. A l’intérieur, elle est désespérée quand même, et elle calme sa douleur avec les médicaments qu’elle prend en quantité trop élevée. Son travail ne lui donne pas de satisfaction, et son mari ne lui donne pas de support attendu – elle l’aime de tout son cœur quand même, il est l’amour le plus grand de sa vie, même si on va savoir après que leur mariage n’a pas survit que cinq ans seulement.

Quelle était la nature réelle de Marilyn? Grâce au film de Curtis, on est un peu plus proche de réponse. Elle était changeante. Sous réserve de l’humeur. Mais quelles sont les émotions les plus présentes dans sa vie? Une fois elle était stupide, crédule, même naïve. Pleine des complexes, elle avait toujours besoin de confirmation de sa valeur. L’autre fois elle était une manipulatrice excellente, qui poursuivait son objectif, indépendante. Elle était consciente de sa force et des mécanismes qui régnaient dans sa vie. Les réalisateurs du film, et c’était surtout grâce à Williams, ont réussi d’exposer chaque nuance et coloration sur la palette de couleurs de ses émotions. De plus, ils ont évité le chaos et des mésententes dans la perception du film.

L’atout immense de l’œuvre de Curtise est le fait que, même s’il y a le personnage très important et très célèbre, cet œuvre n’essaie pas d’être la grande production hollywoodienne. Cet œuvre est délicat, calme, réfléchissant, et avant toutes choses, n’est pas intrusif. Ce film qui résigne de tous les effets spéciaux et de trucs donne l’espace libre à l’actrice, qui dès le début de film jusqu’à son fin, construit son atmosphère. Grâce à cela, à la réception, le film est semblable à ces films, dans lesquels Monroe a joué il y a demi siècle. La classe.